NANTES - AU FIL DE L'HISTOIRE...

Quand Nantes se la raconte ... Son passé, son histoire !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BISCUITERIE NANTAISE (BN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Renaissance
Admin
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 09/03/2014
Localisation : Nantes

MessageSujet: BISCUITERIE NANTAISE (BN)   Jeu 24 Déc - 19:20

BISCUITERIE NANTAISE (BN)

Une autre tradition alimentaire nantaise tournait autour du biscuit, biscuit de mer pour les marins, mais également biscuit plus luxueux des pâtisseries. LU est une fabrique prospère de biscuits, qui se développe dans la ville aux côtés de sa rivale, la Biscuiterie Nantaise.

Histoire : La biscuiterie nantaise est fondée en 1896 à Nantes, dans le quartier de la place François-II dans l'île de la Prairie-au-Duc (au nord-ouest de l'actuelle île de Nantes), par un groupe de négociants locaux. Dix mois après sa création en 1897 la fabrique est dissoute et reprise par Pierre Cossé et Pierre Pelletreau (issus de familles de raffineurs de sucre nantais). Le nom d’usage, Biscuiterie Nantaise (ou BN), est conservé. La même année, le petit breton de BN est lancé. De 1898 à 1902, le chiffre d’affaires de la biscuiterie est multiplié par trois grâce à des produits comme les madeleines, les boudoirs, les macarons…

Le 13 juillet 1902 un important incendie provoque l’arrêt de l'activité de l’usine pendant quatre mois. Pierre Cossé (petit-fils du fondateur des candiseries Cossé-Duval), alors seul aux commandes de la fabrique, fait reconstruire l’usine dans un nouveau matériau : le béton armé. À la fin de l’année, André Lotz-Brissonneau, issu d'une famille de grands industriels nantais de la construction mécanique (Brissonneau et Lotz), fils d'Adolphe Lotz-Brissonneau et petit-fils de Mathurin Brissonneau, rejoint Pierre Cossé à la tête de la biscuiterie qui devient la Société P. Cossé, A. Lotz et Compagnie, avec comme simples commanditaires : Mme Thomas, Mme veuve Dominique Cossé, M. Lotz père, Maurice Cossé, Paul Cossé, Dominique Cossé, M. Marc, M. Degouley, M. Bretesche, M. Barau et M. Ceineray.

Durant la Première Guerre mondiale, de 1914 à 1918, la production de l’usine est bouleversée. Les jeunes ouvriers sont réquisitionnés et la BN se voit attribuer la fabrication du fameux pain de guerre, le "hard bread", qui est destiné à nourrir les soldats pour le front. L’armée américaine s’intéresse de près à la BN, et signe un premier gros contrat en 1916 pour la fabrication de 500 tonnes de biscuits. Puis en 1918 le partenariat avec l’armée américaine se poursuit, entraînant une production en masse de biscuits qui seront partiellement envoyés vers les États-Unis.

En 1922, c'est le lancement du fameux "Casse-Croûte BN", biscuit simple et économique qui devient l’emblème de la biscuiterie. Démarrage du premier four à gaz en 1925 qui remplacera progressivement le four à charbon, dans le cadre de la modernisation de l’outil de production. À partir de 1932, BN connaît un succès national avec son "Choco Cas’ Croûte". En 1936, une unité de fabrication de 5000 m² est construite à Compiègne, rue Carnot pour ouvrir un an plus tard dans le but de renforcer la présence du BN sur le marché parisien. André Lotz se retire de l’entreprise et laisse la cogérance à son fils Raymond Lotz, qui récupère une entreprise performante. L'année 1939 voit l'innovation par l'acquisition de fours à bandes, qui permettent la production en continu. Mais en septembre 1939 la seconde guerre mondiale éclate entraînant la reprise de la fabrication du 'hardbread' et de biscuits caséinés. Ces biscuits riches en calories et peu coûteux, en période de rationnement ont été distribués dans les écoles par le Secours National et aux prisonniers de guerre. Le principal fondateur de la biscuiterie, Pierre Cossé, décède en 1947. C'est son fils, Georges Cossé, qui prend sa suite aux côtés de Raymond Lotz. C'est le cinquantième anniversaire de la BN. (Ci-dessous, en aout 1949)



À partir de l'été 1952, une campagne promotionnelle novatrice est lancée sous l'impulsion de Louis Linÿer, directeur de la publicité : la tournée des plages. En allant au contact de la population en vacances et en assurant la promotion du Choco BN, "le goûter complet, le goûter tout prêt", la société se pose comme l’un des précurseurs du marketing direct. En 1955, afin de relancer les ventes du "Casse-Croûte BN", le produit change de positionnement et est désormais montré comme un aliment du petit déjeuner (trempé dans le lait, avec du beurre…).

En 1959 dans le site de Nantes, une ligne de production entièrement automatisée est mise en service pour faire face à la demande croissante. De 1961 à 1963, une nouvelle unité de production de 4000 m² à Vertou est construite dans la zone industrielle de la Vertonne, au 27 route du Mortier Vannerie. Cette nouvelle usine située au sud-est de Nantes, à l’origine consacrée à la pâtisserie industrielle, va progressivement s’orienter vers la production de goûters (le Choco BN) puis à la diversification des parfums fraise, à la vanille, à l'abricot. La diversification est accélérée grâce à l'adossement de la biscuiterie à l'américain General Mills à la fin de la décennie. En 1965, sort le premier paquet "familial" contenant seize Chocos. En 1966, un projet de fusion entre les biscuiterie BN, l'Alsacienne et Brun est abandonné ; les deux dernières se grouperont avec LU deux ans plus tard en 1968.

BN se recentre sur le marché du goûter qui est en plein essor, au détriment de la pâtisserie industrielle. Toujours à la direction de la biscuiterie avec la famille Lotz, la Famille Cossé voit Lionel Cossé succéder à son père Georges en tant que président-directeur général aux côtés de Raymond Lotz. En 1970, BN devient majoritaire dans les établissements MBR maîtres biscottiers réunis à Carquefou, qui fabrique la biscotte "La Clochette". 1971 est l'année du lancement de la première gamme de biscuits salés, sur le marché du snacking, "Crakitos". (cinq variétés : pizza, fromage, cacahuète, hotchas, barbecue) gamme variée pour l'époque. En 1972, BN lance son premier spot publicitaire télévisé. La biscotterie MBR à Carquefou est rachetée à 100 % par la BN pour augmenter la capacité de production. Sous l'impulsion de Louis Linÿer, Directeur Général, de grandes tournées sont organisées sur toutes les plages de France. Le choco est le "quatre heures" national des enfants. En 1974, le site de Carquefou est réaménagé pour se spécialiser dans la fabrication des salés. En 1973, les familles Lotz et Linÿer cèdent leurs parts aux américains de la Général Mills et se retirent de l'entreprise.



En 1977, une nouvelle unité de production est mise en service à Compiègne. En 1980, un centre de recherche et développement est créé sur le site de Vertou. Le site historique de la place François-II ferme en 1981, (ci-dessus, la façade actuelle de la première usine BN), le nouveau siège social est inauguré sur l’île Beaulieu, à Nantes. Guy Scherrer (futur président du Football Club de Nantes) est nommé à la Direction générale de BN. En 1986, en réaction au déclin des ventes du "Choco BN", notamment dû à l'arrivée choco Prince de LU sur le marché, un plan d’action pour « Sauver le BN » est lancé. L'emballage du produit est retravaillé, la saveur du biscuit est améliorée grâce aux équipes de recherche et développement, et une communication efficace est menée. Ce plan est un succès pour le "Choco BN". Des parts de marché sont vite regagnées (elles passent de 27 % à 35 % en l’espace de deux ans). Cette hausse s’explique en partie par l'arrivée de la "BN Box" (la Boîte à BN). C'est un boîtier rigide qui permet de transporter un ou deux chocos, pratique pour les écoliers.

Regroupement en 1991 de l’activité "snacking salé" autour de trois grandes marques : Fritelle, Cahouète et Bugles. La BN est l'objet d'un rachat par le groupe américain PepsiCo en 1992, et le "Choco BN" est agrémenté d'un sourire pour relancer les ventes. En 1993, BN crée les biscuits Mini BN et Choc’land. Pepsi développe la branche "salé" avec fabrication notamment de chips, la production de biscuits sucrés est délaissée. Nouveau changement de propriétaire en 1998 : les marques de la branche "salé" de la BN sont conservées au sein de PepsiCo, le site de Carquefou (dédié à la gamme salée) est fermé et les unités de production sucrées sont transférées à Compiègne. La Biscuiterie Nantaise est l'objet d'un rachat par le britannique United Biscuits (UB), opération par laquelle ce dernier cède à PepsiCo l'australienne The Smith's Snackfood Company (en), et reçoit en échange la BN appartenant à PepsiCo. Cet échange entre les sociétés mères de la Smiths Snackfood et la BN (branche "sucré" uniquement) est l'objet de la vente. Fermeture du site de Compiègne, où il ne restait plus qu'une seule ligne production de biscuits Choco Cas'Crôute. En décembre 2006, la société mère de la BN, United Biscuits, est rachetée en association par les groupes d'investissements américain Blackstone et français PAI partners. En 2014, Blackstone et PAI partners revendent la société mère de BN, United Biscuits, au groupe turc Yildiz Holding pour environ 2,55 milliards d'euros.



Arrow Notre Histoire sur le site officiel BN : http://bn-biscuits.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nantes-histoire.forumactif.org
 
BISCUITERIE NANTAISE (BN)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le monde selon Monsanto....
» brève recherche region Nantaise
» Vous recherchez un pareur sur la région nantaise ?
» Bailey border région nantaise
» une nantaise...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANTES - AU FIL DE L'HISTOIRE...  :: HISTOIRE : LES MUTATIONS URBAINES :: LES INDUSTRIES-
Sauter vers: