NANTES - AU FIL DE L'HISTOIRE...

Quand Nantes se la raconte ... Son passé, son histoire !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'ILE FEYDEAU ET L'ALIGNEMENT DES QUAIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Renaissance
Admin
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 09/03/2014
Localisation : Nantes

MessageSujet: L'ILE FEYDEAU ET L'ALIGNEMENT DES QUAIS   Sam 12 Avr - 18:09

L'ILE FEYDEAU ET L'ALIGNEMENT DES QUAIS

Avant les années 1720, L'île de la Saulzaie était constituée de deux parties : un gros banc de sable, pas très stable, appelé 'grève de la Saulzaie' en aval et 'l'île de la Saulzaie' en amont sur laquelle fut aménagé un faubourg, assez pauvre, traversé par la chaussée (actuelle rue Bon-Secours) qui mène du Bouffay à Pirmil (actuel quartier Saint-Jacques) sur la rive gauche du fleuve. L'île de la Saulzaie sera rattachée à la grève par un comblement du bras qui les séparait pour former l'île Feydeau. La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours y est édifiée dans un premier temps, en 1443, entre les actuelles rues Haute-Saulzaie, et Bon-Secours et l'allée Duguay-Trouin. Quelques années plus tard, y est installée une nouvelle halle aux poissons. L'île est l'objet de travaux de fortification en 1464 et en 1477, sous le règne du duc François II de Bretagne.

L'idée de profiter de la construction du quai Duguay-Trouin au nord de l'île Feydeau pour réduire la largeur du bras de Loire et améliorer la navigabilité fait son chemin. En 1727, l'ingénieur en chef du roi, David Delafond (à Nantes de 1721 à 1734) présente le plan de trois quais successifs, séparés par l'Erdre et le fossé Saint-Nicolas. Ces quais auraient été construits en avant des remparts, réduisant la largeur du bras de la Loire. Delafond soumet un second projet reliant les quais Brancas et de la Poterne (actuelle allée Flesselles).

Si les premiers projets d'urbanisation datent de 1721, le terrain ne sera acquis par la ville de Nantes qu'un an plus tard. Dès leur édification, les immeubles se sont inclinés. La présence de pilotis ne suffit pas à stabiliser les fondations. Jusque dans les années 1730, L'île Feydeau était reliée à la ville par le 'pont de la Poissonnerie' et à l'île Gloriette par le 'pont de Belle Croix', premiers éléments de la ligne de ponts qui reliait Nantes au bastion de Pirmil sur la rive sud de la Loire. C'était donc une voie essentielle de circulation, appelée chaussée de la Madeleine, qui les jours de marché était encore plus encombrée que les jours ordinaires. En 1737, en aval, est mis en service le 'pont Feydeau' devenu par la suite le 'pont de la Bourse'.

Vers 1750, seuls quatre immeubles sont sortis de terre. Les chantiers s’accélèrent après 1755, lorsque l’architecte Pierre Rousseau imagine d’asseoir les fondations sur un radeau de bois, à la hollandaise. Les habitations prestigieuses, réalisées en tuffeau, marquent l'apogée des négociants et armateurs nantais. De nombreux mascarons témoignent du passé nantais.



Vient ensuite le projet de l'architecte Nicolas Portail complété par l'ingénieur Louis-Paul Abeille, qui prévoit un pont supplémentaire au-dessus du fossé Saint-Nicolas, et la création d'une halle au blé et d'une halle aux poissons, le long des remparts sur le quai Brancas. Toujours selon ce plan, une ouverture aurait été pratiquée dans la muraille pour créer une 'porte de Brancas' accédant à la rue Sainte-Catherine via un portail monumental. En 1750, le plan est mis en œuvre. Mais la perspective de l'encombrement provoqué par le trafic autour des deux halles poussent les autorités à rompre le marché de construction. Les travaux n'avaient pas avancé très vite, un étage avait été monté, qu'il fallut détruire.

L'architecte Pierre Vigné de Vigny réussit à convaincre de faire construire à la place une salle de spectacle et une salle de concert. Une partie des terrains est vendue pour financer le projet, accepté en 1757. La démolition des arcades des halles s'achève en 1760.

Vient alors le projet de Jean-Baptiste Ceineray, nouvel architecte-voyer en provenance de Paris, qui voit plus grand. La destruction des remparts ayant été acceptée, Ceineray propose un alignement des quais et des bâtiments qui s'y trouvent depuis le Port-au-Vin (actuelle Place du Commerce) jusqu'au château. Le fossé Saint-Nicolas est comblé, le pont à l'embouchure de l'Erdre élargi. C'est ce projet qui voit finalement le jour. Des chantiers furent longtemps retardés par la présence de terrains instables et inondables, et se prolongèrent jusqu’à la veille de la Révolution française.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nantes-histoire.forumactif.org
 
L'ILE FEYDEAU ET L'ALIGNEMENT DES QUAIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un arbre d'alignement à identifier [Sophora japonica]
» alignement contre poupée et réalésage
» Défaut alignement cadran sur Hamilton Khaki King Automatic?
» alignement toit/réglage des pantographes
» Arbuste d'alignement à San Sebastian de la Gomera

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANTES - AU FIL DE L'HISTOIRE...  :: HISTOIRE : LES GRANDES PÉRIODES NANTAISES :: L’EXTENSION URBAINE ET LES EMBELLISEMENTS-
Sauter vers: