NANTES - AU FIL DE L'HISTOIRE...

Quand Nantes se la raconte ... Son passé, son histoire !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NAISSANCE D'UNE CITÉ PORTUAIRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Renaissance
Admin
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 09/03/2014
Localisation : Nantes

MessageSujet: NAISSANCE D'UNE CITÉ PORTUAIRE   Lun 28 Avr - 21:18

NAISSANCE D'UNE CITÉ PORTUAIRE

Commune de l'Ouest de la France, située au sud du massif armoricain, qui s'étend sur les rives de la Loire, à 50 km de l'océan Atlantique. Plusieurs ateliers métallurgiques datant des VIIIe et VIIe siècles av. J.-C. ont été découverts sur les sites des actuels de Chantenay, du Jardin des plantes et de la Prairie de Mauves. À l'époque gauloise, le site appartient au territoire des Namnètes, vaincus par César en 56 av. J.-C. Les Romains en font le chef-lieu de la cité des Namnètes. La ville est alors moins importante que la cité implantée sur l'autre rive de la Loire, Ratiatum (actuelle Rezé), qui appartient aux Pictons. Ce n'est qu'au IIe siècle que Nantes supplante sa voisine.

Au IIIe siècle, l’agglomération prend le nom de Portus Namnetum. Aux IIIe et IVe siècles, confrontée aux troubles des invasions, la ville se fortifie par une Enceinte gallo-romaine. C'est aussi les débuts du christianisme, sous l'empereur Constantin, il devient religion autorisée et le culte sort de la clandestinité. La  première l'église paroissiale nommée 'Saint-Jean-du-Baptistère' est alors construite dans le quartier où se trouvaient les temples païens. Il est marqué par les noms de Saint Clair, premier évêque de la ville et évangélisateur des campagnes alentour, de saint Similien, évangélisateur de Nantes, et notamment des fils d'une grande famille, Saint Donatien et Saint Rogatien, connus sous le nom des 'Enfants Nantais', martyrs vers 290. La cité 'Portus Namnetum' (Port des Namnètes) est identifiée sur la Table de Peutinger, une copie du XIIIe siècle d'une ancienne carte romaine où figurent les routes et les villes principales de l'Empire romain.



Après la chute de l'Empire romain d'Occident en 476, la cité de Nantes passe rapidement sous le contrôle du royaume franc de Clovis (un Mérovigien) malgré la résistance des Armoricains et des soldats bretons installés par l'Empire romain depuis 280 environ. Les monnaies d'or montrent que la ville s'appelle Namnetes. Durant la période franque, la ville joue un rôle essentiel dans la défense contre l'expansion bretonne dans la péninsule armoricaine. Félix, est évêque de Nantes de 549 à 582, il achève la construction de la nouvelle cathédrale de son père où il installe des reliques des apôtres Pierre et Paul et fait creuser un canal qui porte son nom pour assurer le développement du port. En 732, Salvius, comte-évêque de Nantes, participe à la célèbre Bataille de Poitiers dans l'armée de Charles Martel (un Carolingien). Elle devient la capitale de la marche de Bretagne à l'époque de Charlemagne, au départ dirigée par le comte Roland avec le titre de préfet de la marche de Bretagne. La ville médiévale fortifiée d'autrefois correspond au Quartier du Bouffay.

Après la mort de Charlemagne, l'expansion bretonne reprend. En 850, la région est conquise par le breton Nominoë. Celui-ci envahit notamment les villes de Nantes et de Rennes. L'année suivante, après la bataille de Jengland, la marche de Bretagne dont Nantes est la capitale est intégrée à la Bretagne par le traité d'Angers. Cependant, les quatre-vingt années suivantes sont extrêmement pénibles en raison des luttes incessantes entre chefs bretons, qui favorisèrent les incursions des Vikings, la plus spectaculaire ayant lieu avant le 24 juin 843, jour où l'évêque Gohard trouve la mort. À partir de 919, la ville est administrée par les Vikings. Ils en sont chassés en 937 par Alain Barbetorte, premier duc de Bretagne de 936 à 952. Sa mort prématurée met toutefois un terme à ses projets et à son œuvre de restauration de la puissance bretonne. Il avait encouragé la reconstruction de la ville après les destructions commises par les Normands.

Il laisse le duché à son fils de deux ans, Drogon, comte de Nantes et duc de Bretagne de 952 à 958, où le jeune ducs meurt subitement. Un autre fils illégitime d'Alain Barbetorte, Hoël Ier, devient comte de Nantes et duc de Bretagne de 960 à 981. L'armée nantaise, soutenue par la maison d'Anjou, rencontre l’armée rennaise, soutenue par la maison de Blois, lors des deux batailles de Conquereuil en 981 et 992. Ce qui entraîne la perte d'une partie des territoires nantais, notamment au sud de la Loire. Hoël II de Bretagne accède au trône ducal en 1066, ramenant la paix entre Nantes et Rennes. Son fils, Alain IV Fergent, comte de Cornouailles, de Rennes et de Nantes, devient duc de Bretagne de 1084 à 1112. Son successeur et fils, Conan III de Bretagne, assuré par une alliance avec le roi capétien Louis VI qui le garantit de la fin des menaces venant de l'extérieur, fait faire de grands progrès pour la paix dans le comté et l'ensemble du duché. C'est pourtant en refusant de reconnaître son fils Hoël III comme successeur à sa mort en 1148 qu'il y mettra fin. Mais les Nantais, inquiets de ce retour à la violence, choisissent pour comte Geoffroy Plantagenêt, comte du Maine et d'Anjou, puis Henri II Plantagenêt, et en 1196, Arthur Plantagenêt est proclamé duc de Bretagne par les grands barons de Bretagne et devient Arthur Ier de Bretagne. Celui-ci est fait prisonnier en 1202 et meurt l'année suivante.

À partir de 1207, Guy de Thouars, veuf de Constance, duchesse de Bretagne et à ce titre régent du duché, fait construire le premier château dit 'Château de la Tour Neuve' au pied de l'enceinte gallo-romaine de la ville, remplaçant ainsi le Château du Bouffay. Il s'agit d'une tour circulaire en schiste de vingt mètres de diamètre. Guy de Thouars cherche à affirmer le pouvoir des ducs face à celui des évêques de Nantes. Pierre Mauclerc (époux de la duchesse Alix de Thouars, fille de Guy de Thouars) et son fils Jean Ier de Bretagne étendent l'enceinte médiévale de la cité défendue par quatre portes dont deux subsistent : la Porte Saint-Pierre et la Porte Sauvetout, et agrandissent le Château. Élément essentiel du système défensif de la ville, il protège un bras de la Loire, lieu d'intenses activités commerciales.

Les ducs capétiens seront globalement fidèles aux rois de France ; il faudra attendre la guerre de succession de Bretagne et l'avènement de la dynastie des Montfort par la Bataille d'Auray en septembre 1364, pour que les ducs s'affranchissent à nouveau de la tutelle française. Par le Traité de Guérande, en 1365, le roi de France reconnaît Jean IV de Bretagne comme duc de Bretagne, il mourut en novembre 1399.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nantes-histoire.forumactif.org
 
NAISSANCE D'UNE CITÉ PORTUAIRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cécité des poules
» Achat de Citélis 18
» cherche des cages rongeurs pour la cité des anges
» Cité épiscopale d'Albi, classée à l'UNESCO
» La cité du Vatican: état minuscule, prestige majuscule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANTES - AU FIL DE L'HISTOIRE...  :: HISTOIRE : LES GRANDES PÉRIODES NANTAISES :: PLACE FORTE DE L'ANTIQUITÉ AU MOYEN ÂGE-
Sauter vers: